Le vendredi 13 novembre 2015 en soirée, Paris, la France a connu ses pires heures depuis la libération avec 129 tués et  352 blessés dans une série d’attaques honteuses et inhumaines.

Trois jours de deuil national ont été décrétés. Le temps fort de ce devoir de mémoire et de recueillement a été spontané et simultané avec la demande du Président de la République ce jour à midi.

L’émotion est vive dans toutes  les générations et laissera à jamais un souvenir amer.

Ce vendredi 13 novembre 2015 des barbares ont mis en oeuvre   l’inqualifiable en prenant pour cible des femmes et des hommes dont la vie  a basculé à jamais.

Tout en gardant notre sang froid, mais en restant  déterminés face à une guerre d’un nouveau genre, nous ne pouvons que soutenir les mesures qui sauront renforcer notre  sécurité et la détermination à défendre plus que jamais les valeurs républicaines.

L’obscurantisme,  le terrorisme qui se manifestent par des actes criminels et meurtriers  n’ont pas leur place dans notre démocratie.

Nous ne devons pas céder à la peur, mais bien au contraire, au delà de tout amalgame ou discrimination être unis dans cette épreuve.

Votre présence nombreuse aujourd’hui, notre communion intergénérationnelle  traduisent  s’il en était besoin, que jusque dans nos villages  nous sommes capables de nous rassembler pour condamner la barbarie, la lâcheté.

L’obscurantisme et l’idéologie extrême sont antagonistes de nos valeurs républicaines, nos meilleures armes restent et resteront :

La liberté

L’égalité

La fraternité

 

Vive la République,

Vive la France

En mémoire et hommage aux victimes de ces actes inqualifiables, je vous demande d’observer une minute de silence.